Ma sélection de livres pour mieux gérer l’endométriose

Retrouve cet article dans le Podcast #4 

Alors j’ai souhaité tout naturellement te parler de ma sélection de livres sur l’endométriose car je suis une très grande consommatrice de livres, j’adore lire, j’ai toujours adoré me plonger dans la lecture et je pense que si je devais encore me reconvertir professionnellement je pourrais ouvrir une librairie, je suis constamment en train de chercher de la place à la maison pour mes livres, c’est une cata !

Je vais donc te partager mes lectures favorites concernant l’endométriose aujourd’hui car cela m’a beaucoup appris et soutenue à des moments où on peut se sentir clairement seule et qu’on ne sait pas par où commencer !

 

L’alimentation anti-endométriose de Fabien Piasco – qui est diététicien micro-nutritionniste

Pour moi il s’agit de la « bible » concernant l’alimentation anti-endométriose ; il présente toute la base des aliments qui sont pro-inflammatoires (donc ceux que l’on doit éviter) et ceux qui sont anti-inflammatoires (ceux que l’on doit privilégier) ; il présente aussi des recettes et puis il y a également une partie sur les compléments alimentaires – personnellement je n’ai pas testé ces compléments spécifiques à l’endométriose car je préfère m’en tenir à l’alimentation et je trouve que c’est cher ; et par ailleurs dans mes recherches de témoignages, j’ai l’impression que ce n’est pas forcément super concluant.

Ce livre je l’ai découvert en 2017 lors d’une réunion d’EndoFrance à côté de Nice. Un chirurgien était parmi les conférenciers et il nous a parlé de ce livre. Lui-même demandait à ses patientes de suivre ce mode alimentaire pendant 6 mois, et si les symptômes étaient toujours les mêmes, il voulait bien opérer, et sinon les patientes pouvaient se passer d’une opération et avoir une meilleure qualité de vie – comme quoi il y a des chirurgiens qui ont un état d’esprit novateur et ouvert.

Ce livre vous donnera vraiment les bases de l’alimentation anti-endométriose et il faut vraiment l’avoir chez soi !

Après je pense qu’il faut aussi prendre un peu de distance parfois, moi au début quand j’ai lu le bouquin j’avais un peu envie de chialer parce que ma vie c’était les pâtes et le pain (enfin ça l’est toujours d’ailleurs lol), et là je me suis visualisée en train de refuser des invitations chez des amis qui ne savent même pas ce qu’est le quinoa –je l’ai un peu pris comme une punition, ce qui est un peu nul parce que j’aime quasiment tout et je mange très varié. Mais je pense que je n’étais pas encore tout à fait prête à l’époque à revoir mon hygiène de vie et que cela me rappelait que j’avais une maladie chronique et que je ne pouvais peut-être plus vivre exactement comme avant.

Ce qui compte c’est de trouver ton propre équilibre, certaines personnes vont être très sensibles au gluten, d’autres moins, pour d’autres le fait d’arrêter complètement les laitages sera peut-être suffisant, pour d’autres pas – c’est très personnel et ce qui est important aussi c’est d’être heureuse, d’être confortable dans ses choix alimentaires, il vaut mieux de temps en temps se faire une plâtrée de pâtes que de suivre le régime de façon hyper stricte mais de devenir dépressive parce que ça nous frustre !

Et ensuite j’ai découvert qu’il y avait une vie en dehors des pâtes et du pain, quand on mange très varié c’est agréable, on absorbe beaucoup plus de vitamines et c’est un réel plaisir de manger et de se sentir plus en forme.

 

Soulager l’endométriose sans médicaments de Stéphanie Mezerai  (naturopathe) et Sophie Pensa

J’adore ce bouquin parce que c’est exactement la démarche globale et holistique que j’ai utilisée pour mon cas personnel, et que je conseille à mes clientes, et c’est ce qui marche !

Le livre présente des pistes concernant l’alimentation, l’usage des plantes, des techniques de relaxation, des postures de yoga, des check-lists d’aliments à privilégier…

Vous avez des tas de techniques proposées, et même un programme sur 2 semaines avec une routine physique, des recettes, ou de la cohérence cardiaque.

Donc c’est un livre très pratique, qui peut beaucoup aider pour se lancer quand on n’a rien mis en place ou quand on découvre que l’on a la maladie, ça nous donne toutes les pistes globales en un seul livre, pratique à emporter partout avec soi et surtout facile à mettre en place.

 

La phytothérapie de la femme – Fabienne Goddyn

Accompagne au quotidien les cycles du féminin – j’adore ce livre parce qu’il est tout simple, il présente toutes les phases de vie de la femme donc il va au-delà du thème propre à l’endométriose, car il présente les différentes plantes qui vont nous aider pendant la grossesse, la ménopause (ce qui peut aider les femmes en ménopause artificielle par exemple pour le traitement de l’endométriose), ça peut évoquer le syndrome prémenstruel, les problèmes de cystite, enfin c’est très complet.

Il y a des fiches pour chaque plante avec des recettes en tisanes, huiles essentielles, c’est très simple à mettre en place, j’adore.

 

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin – Marie-Penelope Peres et Sarah-Maria Leblanc

Ce livre est absolument génial, alors je suis une très grande fan de Marie-Penelope Peres car je me suis formée avec elle sur la Gynécologie Holistique.

Là aussi une « bible » concernant le féminin je dirais, car il parle du cycle comme rarement on en parle, avec beaucoup d’ouverture, de bienveillance, de technicité aussi.

Moi ce livre m’a beaucoup appris notamment quand j’ai décidé d’arrêter la pilule et que j’avais vécu quasiment 17 ans sous pilule, je ne savais même pas ce que vivre un cycle naturel voulait dire ! il y a tout un aspect d’accompagnement de son cycle avec les plantes, mais aussi la dimension énergétique qui va avec ; on y trouve aussi des exercices de mobilisation du bassin, de drainage du corps  – c’est un livre qui peut se transmettre de mère en fille car il y a vraiment toutes les bases pour connaître son cycle féminin.

 

J’espère que ces lectures t’aideront autant qu’elles m’ont aidé. Je te présenterai aussi dans un prochain podcast et un prochain article d’autres ouvrages qui traitent plus spécifiquement de la sexualité et de la libido, qui peuvent malheureusement être tellement malmenées à cause de l’endométriose !

A très vite et prends soin de toi,

Ma routine bien-être pendant les règles

Sommeil

Alors on ne va pas se le cacher, ce n’est pas forcément la période du mois que l’on préfère, surtout lorsqu’on a de l’endométriose et qu’on s’attend à souffrir, être extrêmement fatiguée ou à perdre beaucoup de sang …

Pour que ces quelques jours soient les plus légers possibles, je te propose la routine que j’ai mise en place depuis quelques mois :

  • je prépare mon corps avec des tisanes adaptées quelques jours avant mes règles
  • je dégaine ma bouillotte en cas de grosse douleur pour la mettre soit sur le ventre, soit sur le bas du dos
  • j’utilise les huiles essentielles d’achillée millefeuille, d’estragon, de petit grain bigarade, de sauge sclarée pour éviter les douleurs
  • si je peux, j’en fais le moins possible : si je travaille, ben j’en fais le moins possible ah ah (et pour ne pas culpabiliser souviens-toi que le congé menstruel existe au Japon ou en Indonésie donc ce n’est pas pour rien) ; si cela tombe en weekend, je me ménage, je fais des siestes, je fais des activités qui ne nécessitent pas une grosse pression intellectuelle ou physique, je délègue à la maison, je préviens mes enfants que je suis fatiguée et que j’ai mes règles et qu’il va falloir être trèèèèèèès gentil avec maman sinon maman va pleurer ou s’énerver (mais non ce n’est pas de la culpabilisation, cela s’appelle de la prévention hihi)
  • je me prépare un magnifique Lait d’Or (https://www.instagram.com/laitdor)
  • je pense au Jeûn intermittent pour m’alléger le corps (faire en sorte qu’il ne gaspille pas de l’énergie à digérer), et moi qui souffre d’endométriose du côlon, cela m’aide beaucoup
  • je fais quelques postures de yoga pour mobiliser mon bassin et soulager mes douleurs (consulte mon compte Insta pour les retrouver, j’en poste tous les lundis)

N’hésite pas à me faire part de tes commentaires sur cette routine !

A bientôt,

Douleurs lombaires et endométriose

Yoga

S’il y a bien un lien que j’ai mis des années à faire, en tout cas dans ma situation, c’est le rapport étroit entre mes douleurs lombaires et mon endométriose.

Jeune, sportive et mince, et déjà des douleurs aux lombaires

Dès l’adolescence, je me souviens avoir eu régulièrement des crises de douleurs, de ce qu’on l’en pensait être à l’époque des douleurs de sciatique. Ce qui avec le recul me paraît un peu surprenant, car j’étais à l’époque très sportive, mince et je mangeais plutôt bien. Alors on a mis très longtemps ces crises sur le compte de ma pratique intensive du tennis, qui il est vrai est un sport pas très doux pour le dos quand on le pratique intensément. Il s’agissait vraiment de crises aigues, qui m’empêchaient de dormir, me tordaient en deux et il me fallait quelques séances chez l’ostéopathe pour en venir à bout.

 

Moins jeune, sédentaire, devant un ordinateur toute la journée et ayant pris du poids …. et encore exactement les mêmes crises

Puis les années ont passé, j’ai commencé à travailler, assise sur un bureau devant un ordinateur pendant 10 heures par jour. J’ai aussi commencé à grossir. Les crises s’expliquaient alors selon le corps médical par ma sédentarité et ma prise de poids. Je n’avais encore aucune connaissance de mon endométriose à cette époque. Mais les crises devenaient de plus en plus régulières, 2 à 3 fois par an. Elles me faisaient vraiment souffrir, me donnaient comme des décharges d’électricité dans le bas du dos et je pouvais être totalement coincée et me plier en deux pour marcher.

Mon médecin généraliste m’avait alors prescrit des séances chez un kiné. Je me souviens de ce jeune kiné, qui m’avait expliqué que le mal se manifeste souvent à un endroit, mais ce qui cloche dans le corps peut être ailleurs. Et il avait focalisé toute son attention sur mon bassin. Au fil des séances il m’aidait vraiment à « remobiliser » mon bassin comme il disait. J’avais le sentiment qu’il luttait contre cette partie de mon corps complètement sclérosée, immobile, anesthésiée, quasi morte en quelque sorte.

Alors il est vrai que j’étais totalement sédentaire, et que la position assise à un bureau est absolument anti ergonomique pour notre corps. J’ai mis ça sur le compte de ma prise de poids. J’ai entrepris un (énième) régime et malgré mon allègement de quelques kilos, et quelques exercices prescrits par mon kiné, j’ai encore eu quelques crises pendant plusieurs années.

 

Puis le diagnostic de l’endométriose est arrivé.

Et après mon IRM et quelques consultations chez un professeur spécialiste de la maladie, je comprends qu’il y a des adhérences dans mon bassin, c’est-à-dire que des parties de mon corps sont collées entre elles alors qu’elles ne le devraient pas du tout. Un ovaire collé à une partie de mon côlon par exemple. Et là je fais le rapprochement avec toutes ces crises de supposée sciatique.

Je commence à consulter des ostéopathes qui connaissent l’endométriose.

Puis au fil des années je m’intéresse à l’alimentation anti-inflammatoire, au yoga et à la naturopathie.

Je pratique depuis presque 3 ans le hatha yoga, et je fais maintenant une crise aigue de douleur de dos tous les 2 ans « seulement ». Et je sais maintenant que je suis plus fragilisée par des grosses périodes de stress, ou de manque de sommeil, et une mauvaise alimentation. Alors si je déconne un peu trop, je connais les limites à ne pas franchir pour ne pas resombrer dans cette immobilité de mon bassin, qui devient dur comme de la pierre.

Mes recommandations si toi aussi tu souffres de douleurs lombaires avec l’endométriose

  • il te faut pratiquer des activités physiques douces, surtout si tu as un travail sédentaire et que tu es assise toute la journée : natation, marche rapide, et bien sûr yoga, pilates, tai chi, qi gong
  • il te faut du mouvement et lutter contre la sédentarité : essaie de marcher le plus possible, d’éviter l’ascenseur, de rester debout au téléphone …
  • veille à ton alimentation et à ce qu’elle soit le plus anti-inflammatoire possible
  • repose-toi autant que tu peux pendant ta période de règles, pour reprendre des forces
  • en cas de début de crise, met une bouillotte sur ton dos et sur ton ventre ; si la douleur persiste ou s’aggrave, consulte vite un ostéopathe
  • tu peux utiliser cette synergie d’huiles essentielles à masser matin et soir sur la zone lombaire :
    • Huile essentielle de gaulthérie couchée : 20 gouttes
    • Huile essentielle de romarin à camphre : 20 gouttes
    • Huile végétale d’arnica : 40 gouttes
      • attention à l’huile essentielle de gaulthérie couchée, elle est déconseillée en cas d’allergie à l’aspirine
      • respecte une fenêtre thérapeutique : tu peux appliquer cette synergie pendant une semaine, puis faire une pause d’une semaine, et l’appliquer de nouveau une semaine

 

J’espère que ces quelques clés t’aideront.

Prends soin de toi et n’hésite pas à partager cet article autour de toi,

Zoom sur la Rhodiola, la plante contre le surmenage

logo Endolove

Aujourd’hui j’ai envie d’évoquer une plante en particulier, la Rhodiole, une plante qui peut s’avérer très utile dans des périodes de fatigue très intense ou de surmenage.

De son nom latin : Rhodiola rosea, on la surnomme aussi l’Orpin rose, la racine d’or, ou la racine arctique.

Elle est issue de la famille des Crassulaceae (plantes aux feuilles charnues) et il s’agit d’une plante adaptogène, c’est-à-dire qu’elle aide le corps à s’adapter à tous types de stress (stress physiques ou psychologiques). 

La Rhodiole présente des petites fleurs jaunes et de nombreuses feuilles. Si on fait le parallèle entre ses vertus et son « aspect physique », on peut voir que c’est une feuille qui se tient très droite, qui est abondante et les petites fleurs jaunes à son sommet sont très solaires, lumineuses. 

 

 

A l’origine « elle était utilisée par les montagnards des régions très froides comme le Tibet, la Sibérie ou la Chine pour ses vertus toniques et fortifiantes » (source : Plantes et Santé), d’où son nom de racine arctique. Elle est originaire des régions froides comme la Scandinavie et la Sibérie. 

Les parties de la plante que l’on va utiliser sont les racines.  

Quelles sont ses propriétés générales ?  

  • très utile en cas de gros stress accompagné de difficultés à se concentrer ou réfléchir ou pertes de mémoire, ou quand il y a une période de déprime, un manque de motivation – elle agit comme antidépresseur naturel (sa principale indication) 
  • elle augmente l’endurance et la récupération physique 
  • elle a des effets sur la tonification des muscles 
  • elle régule le rythme cardiaque après un effort intense
  • elle renforce le système immunitaire
  • elle protège le foie 

 

Vous l’aurez compris, cette plante est particulièrement recommandée dans des périodes de gros stress, surmenage, déprime, burn-out, fatigue physique et intellectuelle.

Au niveau des contre-indications : s’il y a des difficultés à s’endormir ou de l’excitation il vaut mieux arrêter la prise ou diminuer le traitement  

Précautions d’emploi : pas chez la femme enceinte ou allaitante, ne pas utiliser non plus en cas de bipolarité ou de maniaco-dépression, attention également en cas de diabète ou de problèmes rénaux, et pas aux enfants de moins de 12 ans 

Comment l’utiliser ?

en teinture (60 à 100 gouttes de 1 à 2 fois par jour) ou gélules (selon les indications du fabricant) ou tisane (5g par tasse, faire infuser pendant 4 heures après avoir versé de l’eau bouillante ; une tasse le matin à jeun) 

 

Je l’ai par exemple prise en septembre / octobre dernier car je savais que c’était une période particulièrement chargée pour moi et où le surmenage n’est jamais très loin. Une activité professionnelle très intense, une reconversion, des études, une vie de famille à gérer…. Elle m’a donné un vrai coup de fouet et m’a aidé sur mon irritabilité et ce sentiment de « je ne vais pas y arriver ».

 

Les plantes ne sont pas sans danger et il faut au contraire être prudent quant à leur utilisation.

 

Sources pour la rédaction de cet article : 

Chaine youtube de Christophe Bernard, Althea Provence
Wikipedia
Magazine Plantes et Santé
Darwin Nutrition
Dictionnaire complet des plantes médicinales – Jean-Philippe Zahalka

Le pouvoir des Fleurs de Bach

Fleurs de Bach

J’ai découvert les fleurs de Bach un peu par hasard, en pharmacie, et notamment le produit Rescue, qui est un élixir de fleurs spécifiquement dédié aux situations d’urgences (choc émotionnel, émotions très fortes, burn-out…). J’ai commencé à en prendre il y a une dizaine d’années pour gérer mes moments d’angoisse à cause du travail (je travaillais en cabinet de chasse de têtes à l’époque et le stress était à son apogée). Puis je me suis mise aussi à les prendre avant un vol en avion. Oui j’adore voyager, j’adorerais pouvoir faire un tour du monde, mais l’avion…. J’aime pas trop. Et encore une fois pour mon boulot je le prenais très très souvent (toutes les semaines ou toutes les 2 semaines). Heureusement le COVID a bien changé les choses depuis mais c’est un autre débat 😊

Au fil de ma découverte de la naturopathie j’ai souhaité approfondir ma connaissance de ces plantes car je prenais ce Rescue souvent mais sans vraiment savoir ni comprendre d’où ça venait, comment ça fonctionnait, tout ce qu’il y avait derrière.

Et c’est bien dommage car à l’époque je n’avais pas encore conscience des pouvoirs de la nature sur notre bien-être, mais aussi de l’importance de prendre en considération ce que la nature nous donne. Je prenais ce Rescue comme un médicament, mais sans remercier la nature de ce qu’elle m’offrait. Sans chercher à comprendre.

C’est pourquoi j’ai envie de te partager quelques connaissances sur les Fleurs de Bach, afin que tu les prennes en conscience et qu’elles te permettent de t’aider encore mieux. Je viens de terminer le livre d’Edward Bach, « La guérison par les fleurs ». Et maintenant je comprends d’autant plus cet engouement pour ces fleurs.

38 Fleurs développées par le Docteur Edward Bach

L’approche du Docteur Bach, initialement bactériologiste puis homéopathe, est simple. Ses 38 Fleurs ont des propriétés pour des typologies d’émotions ou d’états d’esprit, perçus comme négatifs dirons-nous. Si tu ressens de la jalousie ou de la possessivité excessive par exemple, la Fleur de Bach correspondante te permettra de faire ressortir en toi la qualité inverse, c’est-à-dire peut-être l’ouverture aux autres et la générosité.

Ce qu’il est important d’avoir en tête, c’est que pour Edward Bach nos émotions négatives et « défauts » sont en grande partie la cause des maladies. Je cite un passage du livre, qui m’a complètement scotché tellement cela correspond à ma vision de la vie (et à la vision de l’étude de la naturopathie au sens large) : « La nature de nos maladies physiques nous aidera en attirant notre attention sur la disharmonie mentale qui en est la cause fondamentale. Un autre grand facteur de succès est d’aimer la vie, de ne pas considérer l’existence simplement comme un devoir à supporter, mais à trouver une joie réelle dans l’aventure de notre voyage en ce monde ».

Alors attention, le but ce n’est pas de te faire culpabiliser d’être un peu impatiente ou jalouse hein ! on se détend !!

En revanche cela peut aider d’utiliser ces Fleurs quand un certain trait de caractère ou un état d’esprit que tu peux avoir à un moment donné, t’empêche de te sentir bien. Par exemple, j’ai pris la fleur White Chestnut pendant un certain temps, à un moment donné de ma vie où je tournais littéralement en rond dans ma tête et que je restais engluée dans un monologue de type « j’en ai marre de ce boulot, j’en peux plus, tout me fait chier, j’en ai marre, et j’ai pas envie, et j’en peux plus …. Etc ». Je me complaisais totalement dans ce mode de pensée jusqu’au jour où j’en ai eu assez et j’ai décidé de prendre cette fleur pour me soutenir.

Ce qui a plutôt bien fonctionné pour moi puisque j’ai pu peu à peu chasser ces pensées incessantes et utiliser toute cette énergie pour quelque chose de plus concret : je me suis décidée à faire ma formation de naturopathie quelques mois après. Alors heureux hasard ou pas, je ne sais pas 😊

Les 38 Fleurs de Bach sont réparties en différents groupes et correspondent à différentes situations :

  • La peur
  • L ’incertitude
  • L’insuffisance d’intérêt pour le présent
  • La solitude
  • L’hypersensibilité
  • Le découragement ou la désespérance
  • Le souci excessif du bien-être des autres

Le Rescue est un peu à part car il combine 5 Fleurs.

L’avantage des Fleurs de Bach est qu’elles conviennent très bien aussi aux enfants et aux animaux, et qu’il n’y a pas de risque de surdosage ou de mauvaise utilisation, car la fleur n’agira pas si ce n’est pas adapté à ta situation. On peut combiner plusieurs Fleurs mais il faudrait se limiter à 6 pour être sûre de bien se focaliser sur des actions précises.

Comment sont fabriqués les élixirs ?

Il y a 2 méthodes :

  • Les fleurs reposent dans une eau pure et au soleil pendant quelques heures
  • On enlève ensuite les fleurs, on garde cette eau et on la mélange avec un peu d’alcool (du Brandy) pour une bonne conservation

La 2ème méthode, pour certains élixirs :  on va faire bouillir les plantes dans de l’eau pure, et après avoir enlevé les fleurs, on ajoute de l’eau-de-vie dans le mélange.

Comment les utiliser ?

Prendre 2 gouttes de chaque fleur (s’il y en a plusieurs) et les mélanger à de l’eau. Les boire à distance des repas. En prendre quand on en ressent le besoin.

Pour une seule fleur, prendre 4 gouttes plusieurs fois dans la journée mélangées à de l’eau quand on en ressent le besoin.

Cela peut durer sur plusieurs semaines pour des troubles ancrés ou profonds.

Il existe plusieurs Fleurs de Bach pour t’aider si tu as de l’endométriose ou si tu es en processus de PMA.

Si tu souhaites en savoir plus sur les Fleurs de Bach et bénéficier d’une consultation avec moi, tu peux utiliser le formulaire de contact pour un rendez-vous.

 

Prends soin de toi

Les hydrolats et eaux florales : de précieux alliés pour l’endométriose

logo Endolove

 

Ils sont un peu moins connus du grand public que les huiles essentielles par exemple, mais les hydrolats et eaux florales sont aussi un allié de taille pour soutenir le cycle féminin.

Ces eaux sont issues de la distillation des plantes lors du processus de fabrication des huiles essentielles. A la distillation des huiles essentielles, on obtient : le liquide de l’huile essentielle qui surnage, et en dessous une eau plus liquide qui contient des molécules de cette huile essentielle mais beaucoup moins concentrée.

 

Les hydrolats et eaux florales ont donc les mêmes propriétés que les huiles essentielles, mais étant beaucoup moins concentrées leur utilisation sera beaucoup plus souple : les femmes enceintes, les personnes fragiles par exemple auront tout intérêt à se tourner vers les hydrolats. Alors si tu n’es ni enceinte ni une personne âgée de plus de 80 ans, pourquoi je te les recommande ? ah ah !!

Parce que les avantages sont multiples:

  • moins chers que les huiles essentielles
  • on peut aussi bien les utiliser en interne (donc les boire), qu’en externe (en cataplasmes, sur le visage, sur la peau). C’est top !
  • c’est un très bon complément des huiles essentielles ou des tisanes
  • c’est un traitement de fond qui agit en profondeur mais en douceur

 

Déjà, quelle est la différence entre l’hydrolat et l’eau florale ?

On parle d’eau florale quand on a distillé des … fleurs !

Les hydrolats pour le cycle féminin, j’adore !

 

Maintenant, passons à mes hydrolats favoris pour gérer le cycle féminin et notamment te soutenir si tu as de l’endométriose: 

Achillée Millefeuille : je pense que tu l’auras compris, j’utilise l’Achillée Millefeuille à toutes les sauces (tisanes, huiles essentielles et maintenant hydrolat). J’en bois une cuillère à soupe par jour dans un verre d’eau pendant toute ma phase lutéale (après l’ovulation / avant les règles). Elle me permet de gérer mon syndrome prémenstruel (douleurs des seins, irritabilité et peau grasse). Je l’utilise aussi pour me nettoyer le visage justement à cette période aussi.

Sauge Sclarée : la sauge sclarée aide aussi beaucoup pour les menstruations douloureuses. Elle est également parfaite pour le soin des peaux grasses et mixtes. Attention à ne jamais l’utiliser en cas d’antécédent de cancer hormono-dépendant.

Lavande : a une action anti-inflammatoire et apaisante. La lavande va également aider à apaiser les peaux sensibles.

Mélisseelle va rééquilibrer le système nerveux et elle est relaxante.

Alchémille : elle est très utile également en cas de syndrome prémenstruel car elle est progesteron-like, c’est-à-dire qu’elle va aider le corps à synthétiser la progestérone, l’hormone présente en deuxième partie de cycle.

 

Comment l’utiliser ?

Soit en interne : boire une cuillère à soupe de l’hydrolat dans un verre d’eau, et faire une cure de 21 jours.

En cataplasme : on imbibe des compresses chaudes d’hydrolat et on les applique sur le bas-ventre.

Sur le visage : imbiber un coton ou vaporiser l’hydrolat pour un effet tonifiant.

Veille à bien conserver ton hydrolat au frais après l’avoir entamé.

Et voilà le travail !

 

J’espère que cet article t’aura aidé, n’hésite pas à me faire part de tes commentaires et à le transmettre à tes connaissances !

 

En quoi le Yoga peut aider dans un processus de PMA ?

tapis-yoga

J’ai découvert la pratique du Yoga il y a un peu plus de 2 ans et j’ai regretté de ne pas m’y être mise plus tôt.

Quand j’étais en parcours PMA la pratique du Yoga m’aurait grandement aidé.

Je t’explique pourquoi :

  • le yoga est une pratique physique mais aussi mentale qui te permet d’agir sur ton corps physiquement, sur tes organes, ton système hormonal, ton bien-être psychique. Et c’est exactement ce dont on a besoin quand on est en parcours PMA, il nous faut nous ressourcer, prendre soin de nous, gérer les pics émotionnels, la fatigue liée aux traitements et aux allers-retours à l’hôpital, le stress…
  • si tu crées ces conditions favorables pour toi en terme de bien-être, de libération émotionnelle, de libération physique, tu ne peux que créer des conditions plus favorables pour la réussite de ta FIV ou de ton traitement, et tu vivras mieux cette période

 

Personnellement je pratique le Hatha Yoga, j’ai pris des cours en présentiel depuis le départ et maintenant que j’ai un peu plus de bases je pratique aussi à la maison. Pour moi le Hatha Yoga est le plus doux, ça ne veut pas dire le plus facile hein, quand je sors du cours je suis rincée mais je me sens légère comme une plume !

Ce que j’apprécie aussi particulièrement dans le yoga, c’est :

  • qu’on n’est pas dans un contexte de compétition avec des objectifs de performance hyper stressants ou dévalorisants ; on est en compétition avec soi-même en quelque sorte. Ce qui compte c’est de se faire du bien et les progrès viennent quand ils viennent. S’il te plaît ne te compare pas aux nanas qui postent des photos de ouf sur Insta, ce n’est pas ça le vrai Yoga !!
  • on peut pratiquer à peu près n’importe où, n’importe quand, pas besoin de beaucoup de matériel à part investir dans un bon tapis et éventuellement une sangle et une brique, c’est tout !

 

 

 

Au niveau du rythme, j’essaie de me tenir à un cours par semaine, mais je n’y arrive pas toujours. Ce n’est pas grave. Il faut être bienveillante envers soi et ne pas se rajouter encore une pression de plus.

Il existe d’autres types de yoga qui sont plus dynamiques mais je ne recommanderais pas ça en processus de PMA. Pendant cette période on a besoin de douceur je trouve, à moins que tu aies plus besoin de te défouler et dans ce cas-là une bonne marche (ou course si tu te sens) dans la nature sera aussi très bien !

 

Les tisanes peuvent beaucoup t’aider pour avoir moins mal

plantes
Une des premières choses que j’ai mises en place pour gérer mes douleurs, c’était les tisanes. Il y a un moment donné où j’ai un peu rejeté la médecine classique, j’en avais marre de me bourrer de médocs de plus en plus forts, et qui me détraquaient tout le reste (les intestins notamment). Alors quand j’ai découvert la naturopathie et toute la puissance des plantes, je me suis plus particulièrement intéressée aux tisanes. Alors je ne dis pas qu’il faut arrêter les médicaments du jour au lendemain, surtout si tu souffres le martyre. Par contre ce que tu peux faire, c’est utiliser les plantes pour agir en complément dans un premier temps et voir comment ton corps réagit. Je suis certaine qu’il appréciera ! Il y a particulièrement 3 plantes qui m’aident dans mon quotidien, et que j’adore:
  • l’Achillée Millefeuille
    • c’est ma favorite (toute comme l’huile essentielle) ; elle est magique car elle est à la fois anti-spasmodique donc elle va diminuer les spasmes et crampes de tout ton bassin et elle agit aussi sur la régulation des flux utérins (donc elle aide à perdre moins de sang)
  • le Framboisier
    • le framboisier est LA plante de la Femme, quelle que soit la vie de la femme, pendant les douleurs de règles, pour la ménopause, après l’accouchement … bref c’est une plante à avoir absolument avec toi ! elle aide à réguler les hormones, elle est magique je te dis
  • l’Ortie
    • l’Ortie est super car elle est reminéralisante, donc elle apporte beaucoup au corps pour se reconstruire, je la prends souvent après les règles car elle est pleine de fer !
Voilà, donc là tu as selon moi les 3 plantes majeures pour t’aider à réguler tes cycles et gérer tes douleurs. Tu peux te faire des cures sur 2 ou 3 mois par exemple, en les prenant matin et soir en tisane. De mon côté je prends de l’Achillée Millefeuille à raison de 3 tisanes par jour quelques jours avant mes règles, puis les 2 premiers jours des règles car c’est à ce moment que je suis le plus susceptible d’avoir mal. Vas-y mollo quand même, pas toute la journée hein, certes ce sont des plantes, mais justement, elles sont puissantes.