J’ai les boules … mais j’ai ma trousse de secours !

Aujourd’hui j‘ai envie de te partager quelque chose qui m’est arrivé il y a peu de temps et qui m’a un petit peu déstabilisé.  Je pense que c’est important de le partager auprès de toi pour te montrer que tu n’es pas seule. Si tu vis des difficultés avec l’endométriose.

 

À la base, j’ai une atteinte digestive, au côlon qui mesure à peu près 7 centimètres, de l’adénomyose et des atteintes aussi assez diffuses aux ligaments utéro-sacrés. Ça s’est stabilisé ces dernières années, et j’avais même réussi à arrêter complètement tout traitement. Et je n’avais plus aucune douleur pendant mes règles.

J’avais vraiment trouvé cet équilibre. J‘étais vraiment hyper heureuse parce que ça faisait des années de souffrance, des années que je cherchais des solutions.

Un soir récemment j’ai eu une douleur vraiment atroce. Et j’ai commencé à avoir des convulsions.

Je ne comprenais pas pourquoi ça repartait comme ça. Alors que j’étais tranquille depuis plusieurs années, donc c’était vraiment l’incompréhension dans ma tête et en plus il y a eu beaucoup de souffrance physique. Et je me suis revue il y a quelques années et avec ce traumatisme, et je sentais que plus je me tendais et plus j’avais mal. 

Finalement, j’ai réussi à trouver un vieux Spasfon qui trainait dans dans ma salle de bain mais qui était limite périmé, parce que je n’en prends plus depuis hyper longtemps. La crise est finalement passée et le lendemain je me suis sentie comme je me sentais lors de mes crises d’il y a quelques années. J’avais l’impression d’avoir l’utérus qui cicatrisait. 

Donc je suis allée consulter mon gynécologue et le diagnostic est que j’ai fait une torsion de l’ovaire. Du fait de mes adhérences l’ovaire est en train de se retourner et de se coller au côlon, d’où la torsion. Et pendant l’examen mon gynécologue me signale un nouveau kyste d’endométriose à l’autre ovaire de quasiment 3 centimètres déjà. Et là, pour moi, ça a été vraiment la douche froide parce que ces 2 dernières années, je m’étais jamais sentie aussi bien. Physiquement, d’une part, je pensais avoir vraiment retrouvé mon corps, retrouvé une vie normale. Et cette putain de maladie, elle a quand même trouvé le moyen de se développer comme ça en sous-marin alors que je n’avais plus de symptômes.

En fait, j’ai vraiment les boules pour parler franchement parce que ça m’a vraiment replongé dans tout ça. Alors je ne tiens pas à te faire peur. Le but de ce témoignage est d’une part de te dire qu’il faut toujours garder un lien avec le monde médical, même quand on est dans une démarche de « plus de naturel ». C’est hyper important de faire un point régulier parce que autant ta maladie peut régresser, c’est possible, mais elle peut aussi s’empirer et moi j’en suis la preuve vivante, c’est que, au niveau de mes symptômes, je n’avais plus rien. Mais la maladie se développait quand même. Se faire suivre régulièrement, faire des examens réguliers, même si t’as l’impression que tout va bien, c’est à mon sens capital. 

Et d’autre part, c’est aussi je dirais un témoignage qui montre une fois de plus que c’est une maladie de merde hein disons le franchement, qui est insidieuse et que les symptômes ne sont pas forcément liés avec la profondeur ou la nature de la maladie. 

Alors comme mon moral n’était pas au top comme tu peux l’imaginer, j’ai eu envie de te partager mes idées anti-déprime :

  • une boite de mouchoirs, forcément. J’ai été diagnostiquée il y a presque 10 ans et cette maladie me fait toujours chialer, donc les mouchoirs, c’est essentiel ah ah !
  • Ensuite, évidemment, des moments de tranquillité avec une bonne tisane qui fait du bien, qui sent bon. Alors j’ai trouvé un super truc aussi avec la médecine chinoise. Tu peux mettre des boutons de rose dans tes tisanes et ça permet de faire circuler les énergies dans le corps.
  • ensuite une autre idée, la lithothérapie avec le pouvoir des pierres : on y croit, on n’y croit pas. Mais quand tu commences à t’y intéresser, c’est passionnant. Notamment le quartz rose qui, à titre personnel, me fait énormément de bien, je le ressens vraiment, alors je ne dis pas qu’il faut absolument que tu achètes du quartz rose mais tu peux trouver une pierre qui t’apaise.
  • évidemment les huiles essentielles, que tu peux utiliser soit en olfaction (donc je n’ai pas arrêté de sentir du citron pour me donner un peu de peps par exemple). Et il y a aussi une autre huile essentielle qui est la pruche que tu peux te mettre sur les poignets, de sentir de temps en temps, c’est le lâcher prise. 
  • la lecture : j‘adore lire, ça me détend et m’évade vraiment. Donc évidemment prendre du temps, même 1/4 d’heure par jour avec un super bouquin, tu te mets en terrasse ou dans ton jardin. C’est génial, ça aide vraiment. C’est un peu comme de la méditation en fait, ça t’aide vraiment à penser à autre chose je trouve. C’est ton moment à toi.
  • Après tu as aussi les séries sur Netf**x et compagnie ça aide aussi, surtout si t’as une super série qui te rend accro
  • et un dernier truc aussi auquel je pensais, et non des moindres, c’est vraiment une sortie en nature. Tu peux faire des sorties en forêt, à la campagne, dans un parc, au bord de l’eau, et la nature, c’est vraiment un pansement de l’âme. 

Voilà mes quelques suggestions et idées pour te permettre de traverser ces moments qui peuvent être si difficiles avec l’endométriose.
Et toi quels sont tes trucs ? Souhaites-tu nous les partager ?
Tu peux retrouver cet article en podcast, c’est par ici : https://smartlink.ausha.co/mieux-vivre-avec-l-endometriose/j-ai-les-boules-mais-j-ai-ma-trousse-de-secours

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *