Skip to content

Pourquoi les huiles essentielles ont changé ma vie ?

J’ai commencé à m’intéresser aux huiles essentielles vers 2013/2014, quand j’étais au plus fort de mes douleurs de règles. À l’époque j’ai l’impression qu’on en parlait beaucoup moins ou en tout cas on trouvait moins facilement d’informations sur le net, et en rapport aux douleurs de règles, laisse tomber c’était même pas envisageable.

En fait ce qui m’a poussé à m’intéresser à des choses différentes pour essayer d’aller mieux, c’est le fait que je sentais au fond de moi qu’il devait certainement y avoir d’autres solutions quelque part sur cette terre que : 1) la pilule (quand tu veux faire un bébé, c’est un peu relou) 2) la ménopause artificielle (pareil) 3) l’opération (ben pareil en fait). Dans mon cas (endométriose au côlon), l’opération est assez lourde et le Professeur qui me suivait à l’époque à Paris n’était pas très chaud. Quand un chirurgien veut pas t’opérer, ça pue. Ou alors c’est que tu n’as vraiment rien, mais là dans mon cas c’était pas ça.

Donc j’ai commencé à fouiller par-ci par-là sur le net, pendant des heures et des heures, à regarder ce qu’on faisait dans les autres pays, à trouver des sites un peu ésotériques. Et là j’ai fini par trouver des informations intéressantes sur l’huile essentielle de Sauge sclarée. Ça y est enfin, peut-être un espoir me suis-je dit. Me voilà à la pharmacie à acheter mon huile, la pharmacienne n’a pas vraiment réussi à m’expliquer comment je devais l’utiliser. Je me retrouve à la maison, je ne sais pas quoi en faire de ce machin (rappelle-toi on est en 2013/2014 et à l’époque on pense qu’un naturopathe est un gourou). Finalement je me verse la moitié du flacon (oui je suis madame plus pour tout en fait) et là je me crame le bide ! punaise ça brûle !!! c’est ça les huiles essentielles, ben merde alors me suis-je dit. Le flacon a terminé au fin fond de mon placard (je l’ai retrouvé en déménageant 2 ans plus tard et il était périmé).

Ça, c’était ma première expérience des huiles essentielles. Pas très concluant.

Quelques temps plus tard, je me remets à fouiller sur le net pour encore trouver des solutions naturelles, oui je suis un peu butée et là je trouve beaucoup plus d’informations. Et notamment je constate que les sites internet qui vendent des huiles essentielles sont apparus et en nombre ! Je retente ma chance, avec l’Achillée Millefeuille cette fois, et là je fais les choses un peu plus sérieusement. Le site précisait bien d’en mélanger quelques gouttes avec une huile végétale et de masser sur le ventre pendant les douleurs. Cette fois-ci je ne recommence pas la connerie de la première fois et je fais les choses sérieusement.

Le premier mois, je ne sens pas une grande différence sur la douleur, mais comme je suis une tête de mule, je me dis que je vais continuer le mois prochain. Et là de mois en mois, je sens une réelle différence. À tel point qu’un jour, pour mon travail, j’ai dû me déplacer pendant mes règles, prendre un avion, louer une voiture, assurer pour des réunions, voir des collègues non-stop pendant 4 jours. Si cela était arrivé il y a quelques années, je n’aurais juste pas pu le faire, c’était impossible.

J’ai bien pris mon Achillée et mon huile végétale avec moi, je m’en suis mis 3 fois par jour pendant tout le temps du déplacement, et je n’ai quasiment rien senti. J’étais fatiguée, certes, mais je n’ai quasiment rien senti. L’avantage c’est que tu peux te balader partout avec tes flacons qui ne prennent pas beaucoup de place, un petit tour aux toilettes, ou pas forcément tu peux même le faire dans la rue ! Un petit massage sur le bide et c’est parti !

Ça m’a tellement aidé que déjà, j’ai repris espoir, oui il y a enfin des solutions, et ensuite cela m’a ouvert un univers totalement nouveau et exponentiel sur l’univers des huiles essentielles.


Les huiles essentielles sont extrêmement puissantes, car on en extrait toutes leurs molécules par le biais de la distillation (c’était la minute scientifique après j’arrête). Donc attention ce n’est pas anodin. Cela peut même être dangereux si tu les utilises mal. Il y a certaines huiles essentielles qui ne conviennent pas aux enfants, ni aux femmes enceintes, ni aux personnes épileptiques ou allergiques.

Si tu fais attention, elles ont un potentiel énorme. A tel point qu’aujourd’hui, si j’ai un petit bobo, je pense d’abord à me soigner avec les huiles essentielles. Attention, faut pas déconner non plus, si ça ne passe pas ou que c’est sérieux, file chez le médecin ! Ou alors je les utilise en complément d’un traitement médical.

N’hésite pas à écouter le podcast sur mes 3 top Huiles essentielles en cas de douleurs. Personnellement j’utilise principalement l’Achillée Millefeuille, la Camomille Romaine et la Mandarine blanche. Parce que non seulement ces huiles peuvent t’aider sur le plan de la douleur, mais elles vont aussi te mettre en condition pour te détendre, et quand on est détendue, on a moins mal. Bizarrement je n’ai plus jamais utilisé la Sauge sclarée, je devrais peut-être réessayer ! Et pour toi, quelles sont les huiles essentielles que tu utilises en cas de grosse crise ? As-tu eu des galères ou as-tu des questions sur leur utilisation ? J’ai hâte de te lire

Ces articles peuvent te plaire

Le magazine Elle parle du podcast Endolove !

Quelle joie de retrouver une fois de plus un article sur la thématique de l’endométriose
En savoir plus

Inauguration – Portes ouvertes le mercredi 8 Décembre à partir de 12h !

J’ai l’immense plaisir de vous convier à un moment de partage et de découverte, au
En savoir plus

Accompagnement de la grossesse en naturopathie

La naturopathie peut également être très utile en période de maternité. C’est une période de
En savoir plus
Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
%d bloggers like this: